Revue de Presse

Article de La Nouvelle République du 05/10/2013


Auteur de l'ouverture du score, Kévin Diaz a retrouvé un peu de son sourire hier soir. - (Photo cor. NR, Romain Gibier)

Auteur de l’ouverture du score, Kévin Diaz a retrouvé un peu de son sourire hier soir. – (Photo cor. NR, Romain Gibier)

Diaz, le mélange des sentiments

 

Un homme dans le match plutôt discret, Kévin Diaz a ouvert le score pour Tours, hier soir. De quoi oublier un peu le carton rouge récolté face à Lens.

Il avait connu une grosse frustration personnelle, avant la joie collective. Il y a dix jours devant Lens (3-1), Kévin Diaz était sur le banc des remplaçants, n’avait passé que 17 petites minutes sur le terrain après deux cartons jaunes idiots. Le Tours FC, lui, avait brillé de mille feux pour dominer l’un des plus sérieux prétendants à la Ligue 1.

Hier soir, le milieu de terrain a connu un nouveau mélange des sentiments, en sens inverse. Diaz est sorti de l’ombre en ouvrant le score dès la 6e minute. Sa première réalisation sous ses nouvelles couleurs, sans doute pas la plus difficile à marquer dans un but vide. Encore fallait-il être présent dans la surface pour conclure l’affaire. Problème, son équipe avait oublié ses bonnes idées des deux dernières semaines au vestiaire. « J’aurais largement préféré qu’un autre marque et que l’on gagne 1-0 », tranche d’emblée le jeune homme de 25 ans.

 «  Maintenant, je veux travailler dans la sérénité  »

A l’instar du Tours FC, Kévin Diaz n’a pas fait un grand match face à Brest. Mais chez un joueur offensif, rien de tel que de faire trembler les filets pour se remettre dans le droit chemin. Ce plat du pied gauche dans le petit filet lui a sans doute permis de retrouver un petit bout de la confiance égarée ces derniers mois. « Je suis content d’avoir marqué, ça fait beaucoup de bien à titre personnel », admet le garçon.
Reste à signer une performance aboutie, qui ne viendra pas du jour au lendemain au vu de la trajectoire récente du joueur formé à Monaco (2002-2009). Non loin du Rocher, la saison passée a été une petite galère à Nice, avec seulement 8 matchs – dont 5 titularisations – au compteur en Ligue 1.
L’été, lui aussi, n’a pas été de tout repos. « Je devais signer dans d’autres clubs, les choses ont traîné. » Résultat : son arrivée au Tours FC a été tardive, et les effets s’en ressentent aujourd’hui. « Je n’ai pas fait une vraie préparation et ça se ressent. En plus de ça, il m’est arrivé quelques conneries, en dehors. Maintenant, je veux travailler dans la sérénité car j’ai encore du boulot. J’ai un peu galéré ces derniers temps. »
Le discours a le mérite d’être franc, de faire transpirer des débuts assez tumultueux au sein du groupe tourangeau. Kévin Diaz a su profiter de l’absence de Billy Kétkéophomphone pour se montrer, un peu, hier soir.
Pas assez pour redonner vraiment le sourire au gaucher, lucide sur lui-même et sur la prestation collective. « Le match nul est plutôt un bon résultat pour nous au vu de ce qu’on a montré. On a essayé de mettre en place des choses cette semaine, mais on n’a rien retrouvé sur le terrain. Il n’y avait ni suffisance ni fatigue, on n’a simplement pas réussi à faire ce que l’on voulait. On laisse des points en route, c’est dommage. »
Après des premiers pas délicats, Kévin Diaz veut lui aussi marquer des points. Rendez-vous après la trêve internationale.

Gaëtan Briard


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*